Les idées reçues ont la peau dure ! Ou l'art de ne pas comprendre son chat ...

Le chat partage la vie de l'homme depuis plusieurs milliers d'années. Si nos connaissances le concernant s'élargissent  chaque jour, le grand public connaît globalement encore très mal ce fabuleux animal. De très nombreuses idées reçues circulent sur le chat, son tempérament, ses besoins et sa communication. Les signaux pourtant clairs émis par l'animal sont souvent mal interprétés et ces malentendus contribuent à la mauvaise réputation du chat. L'occasion de faire un petit tour d'horizon sur ces croyances populaires.

"Le chat est un animal indépendant, imprévisible et sournois"

On entend très souvent que le chat est un animal indépendant, qui ne vient au contact que par intérêt. Il a la réputation d'être imprévisible dans ses réactions et fourbe. Qu'en est-il en réalité ? Tous ces jugements sont établis biens souvent en comparaison avec le comportement du chien, complètement différent. Si le chien est un animal social par excellence, le chat n'est pas pour autant un sauvage indépendant. C'est un animal qui a au contraire grand besoin de contacts au quotidien et qui souffre énormément de la solitude qu'on lui impose trop souvent. On pense ainsi qu'un chat peut rester sans problèmes seul 12h par jour puisqu'il vit sa vie tranquillement de son côté. C'est malheureusement la cause de beaucoup de problèmes, le chat ne supporte pas mieux que le chien la solitude et a besoin de stimulations et d'interactions dans la journée.

De même, le chat n'est ni imprévisible, ni sournois, il est simplement totalement incompris ! Si une partie des signaux du chien sont globalement bien compris pour ce qu'ils sont, ceux du chat, pourtant très clairs, sont totalement ignorés car inconnus pour la plupart des gens. En effet, un chat ne griffe pas subitement sans raison, il a envoyé auparavant de nombreux signaux que vous n'avez pas perçus ... Un chat qui lèche ne fait pas de "bisou", c'est une demande d'apaisement, l'équivalent d'un "je ne veux pas d'ennui, alors arrête s'il te plait" et non pas un témoignage affectueux comme nous aimons l'interpréter. Un chat qui agite la queue n'est pas "content", il communique ainsi sur les tensions qu'il vit, clairement "il faut que ça cesse" !

"Le chat qui ronronne est content"

C'est souvent vrai mais pas toujours ! Le ronronnement peut avoir deux significations bien différentes chez le chat. Pour savoir ce qu'il signifie réellement, c'est l'ensemble des signaux émis par l'animal qu'il faut prendre en compte, ainsi que la situation dans laquelle il les exprime.

Le chat qui ronronne "de plaisir" va associer de nombreux autres signes à ce ronronnement : il va fermer un peu les yeux, se relâcher au niveau musculaire, se frotter, s'endormir et souvent pétrir des pattes avant. Dans certains cas, l'animal peut même baver. En bref, il apprécie et cela se voit ! On retrouve souvent ce comportement lors des échanges tactiles ("câlins") si l'animal les apprécie.

Mais le ronronnement peut apparaître dans des situations bien moins évidentes. Ainsi, il arrive qu'un chat se mette à ronronner sur la table du vétérinaire, quand on le dispute ou lorsqu'il est malade ... N'allez pas croire qu'il apprécie pour autant ! Dans ce cas, le ronronnement est une recherche d'apaisement. Clairement, le chat ne se sent pas à l'aise et recherche ainsi soit à s'apaiser lui-même, soit à apaiser l'autre avec qui il est en conflit. C'est au contraire un signe de tension et de malaise plutôt que de contentement. Le chat cherche ainsi à éviter l'affrontement et tente de réduire les tensions qu'il vit. Il tente ainsi avant tout de se rassurer car clairement, il n'est pas serein !

"Le chat qui se roule par terre demande des caresses"

On voit très bien la scène : votre chat arrive nonchalamment dans le salon, il vous regarde langoureusement puis se roule sur le tapis. Trop tenté par ce petit ventre rebondi, vous vous approchez pour le caresser. Là, il vous attrape les mains et vous boxe avec ses pattes arrières. Il veut jouer ? Qu'à cela ne tienne, la partie de bagarre commence ! Jusqu'au moment où, trop excité, il finit par vous griffer et partir en courant. Décidément, cet animal ne sait vraiment pas ce qu'il veut ... Un câlin ? Jouer ? Mais pourquoi me griffe-t-il alors ???

Le chat qui se roule par terre, contrairement à ce que l'on pense, ne réclame pas de contact. C'est une manière pour lui d'occuper l'espace et de montrer sa présence sur le territoire. En prenant cela pour une demande de caresses, vous interprétez mal le message de l'animal. Celui-ci n'a peut être pas du tout envie de contact et va donc vous le faire comprendre en vous repoussant à sa manière : il va vous attraper la main avec ses pattes et vous pousser ou vous "boxer" avec ses pattes arrières. On est alors très loin de l'idée de jeu, cette position étant une position typique de défense chez le chat (c'est en effet la position dans laquelle il peut mobiliser toutes ses griffes et ses dents, idéal pour se défendre d'un adversaire). Pour lui, le message envoyé est clair : il veut qu'on le laisse tranquille ! Mais vous continuez, prenant ce comportement pour un jeu ... Sa patience ayant des limites, il ne lui reste plus qu'une solution : se défendre (en griffant ou mordant) et/ou fuir !

"Chien et chat ne peuvent pas s'entendre"

Encore une rumeur bien solide ! S'il est vrai que tous les chiens et chats ne peuvent cohabiter pacifiquement ensemble, ce n'est qu'une question d'habituation et d'individualité. Un jeune animal qui a eu des contacts positifs et réguliers pendant son développement (c'est à dire globalement avant l'âge de 3 mois) avec des individus d'une autre espèce sera pacifique et même amical envers l'espèce identifiée alors comme "amie". La familiarisation précoce est un facteur déterminant de la facilité de l'animal à accepter d'autres espèces. Cependant, cette familiarisation doit être entretenue tout au long de la vie de l'animal par des contacts positifs et réguliers et reste malgré tout fragile : une mauvaise expérience peut en effet tout chambouler et rendre votre matou allergique aux chiens !

Un animal qui n'aura pas été familiarisé jeune à l'autre espèce aura plus de mal à cohabiter avec cet être si différent de lui. Mais rien n'est pourtant impossible ! Tout dépend de la réactivité de l'animal et de son adaptabilité. Avec certains chats ou chiens, la cohabitation est définitivement impossible, avec d'autres, elle est tolérée et avec d'autres encore elle est carrément appréciée. Dans tous les cas, il faut laisser le temps aux animaux de s'apprivoiser. Ils ne partagent pas le même code de communication, n'ont pas les mêmes besoins et ont des comportements bien différents. Il leur faut du temps pour apprendre à se connaître, à se comprendre et pourquoi pas à s'aimer ...

"Le chat doit faire 2 repas par jour"

Si cette organisation des repas est valable pour le chien, elle ne l'est absolument pas pour le chat. Naturellement, le chat se nourrit en effet par "grignotage" : il réalise en moyenne entre 15 et 20 petits repas par jour. En captivité, la nourriture doit donc être laissée à volonté à l'animal afin qu'il puisse se servir quand il le souhaite, jour comme nuit. De nombreux chats se relèvent plusieurs fois dans la nuit pour aller déguster quelques croquettes avant de se recoucher.

Il est capital de respecter ce principe de nourrissage car le fait de rationner son chat en lui imposant un nombre limité de repas par jour est un fort générateur de tensions et peut déboucher sur de très nombreux problèmes de comportements. C'est un besoin naturel du chat qu'il nous faut respecter. D'autant que son système digestif n'est pas prévu pour effectuer deux ou trois gros repas par jour. C'est stressant pour l'animal et c'est un cercle vicieux qui s'installe : le chat qui se retrouve pendant des heures devant une gamelle vide vit des tensions grandissantes qu'il soulage en se jetant sur sa gamelle, qui redevient du coup vite bien vide, ce qui le met dans un état de tension encore plus fort ... S'en suivent les vomissements fréquents qui accompagnent des prises de nourriture trop rapides et les éventuels problèmes de santé qui peuvent apparaître.

Dans le cas de chats qui ont du mal à se limiter en terme de prise alimentaire ou pour les chats qui sont déjà rationné, il est possible de les réhabituer progressivement à se nourrir de façon plus adaptée. Le but est d'arriver à rendre plus complexe la prise de nourriture, afin que l'animal y passe plus de temps, tout en mangeant moins vite et en moins grande quantité. De nombreux accessoires dans le commerce peuvent vous aider (pipolino, balle à croquettes ...). N'hésitez pas à en parler à un comportementaliste qui vous apportera l'aide nécessaire au bien-être de votre félin.

"Il sait qu'il a fait une bêtise" , "Il faut lui mettre le nez dedans"
"Pour le punir, il faut le soulever par la peau du cou et le gronder"


Votre chat a uriné dans la maison, vous vous en apercevez en rentrant d'une journée de travail éprouvante. Avant même d'avoir ouvert la bouche, vous apercevez mistigri, recroquevillé dans un coin, l'air coupable. Il sait bien qu'il a fait une bêtise ! A bout de nerf, ne comprenant pas qu'il ne comprenne toujours pas (!), vous l'attrapez par la peau du cou, vous le grondez et lui mettez même le nez dans son urine. Cela fait des mois que ça dure, mais qu'est ce qui cloche alors ?

Prenons un peu de recul ...
Lorsque que vous poussez la porte et apercevez le "méfait" quel qu'il soit, votre corps tout entier traduit votre colère. Votre chat perçoit bien par vos gestes, votre attitude et même vos odeurs que quelque chose ne va pas et cela l'inquiète vraiment beaucoup ... Il se recroqueville ou part en courant, effrayé par votre comportement, vous laissant penser qu'il sait qu'il a fait quelque chose d'interdit. Mais justement, l'interdit n'existe pas chez l'animal et celui-ci ne peut pas comprendre pourquoi vous le punissez !

La punition justement ...
Lui mettre le nez dedans ne lui apprend rien, à part vous craindre. Votre chat ne peut comprendre votre comportement, qui n'est que violence à ses yeux. A l'avenir, il se méfiera de vous, car vos réactions sont imprévisibles pour lui, puisqu'il ne peut pas comprendre pourquoi vous lui en voulez ainsi ! Quant à la soulever par la peau du cou, il ne faut pas oublier que c'est douloureux pour l'animal adulte. Si, en effet, le chaton est ainsi porté par sa mère, celle ci n'a pas la même puissance dans le mâchoire qu'une main humaine et le chaton ne pèse, à ce moment là, qu'un poids plume. L'adulte ne peut comprendre qu'on le soulève violemment ainsi et cela ne signifie rien pour lui (n'allez pas croire qu'il vous prend pour sa mère !). De manière générale, la punition n'apprend rien à l'animal, qui ne peut comprendre votre geste. En cas de difficulté, préférez faire appel à un comportementaliste qui vous apportera une aide en douceur, plutôt que d'envenimer les choses avec des punitions inutiles ...



Copyright © 2014. Tous droits réservés.Lien vers le site chien
Ajouter ce site à vos favoris